Inforigolo
Ce qui est important, ce n'est pas ce qui est vrai mais ce que l'on nous fait croire.
Infosondage
Etalement des paiements place de port sans frais vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 829
  • Commentaire(s) : 3
Nos vidéos

Publiée le 18-01-2020

Etre informé

Recevez par mail les nouveautés du site.

Géolocalisation des navires
Faire un Don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.
Les bateaux du Cap
Vus en croisière
Petites annonces

2 annonce(s) publiée(s)

Consulter

Photothèque
Photos du passé
Réseaux sociaux

Infocapagde : Retour de l'Odeep One à Sète le 17 janvier 2020


La première campagne du navire usine Odeep One s'est terminée hier matin avec le retour à quai du grand bateau bleu.

Ce navire permet d'industrialiser la production d'une nouvelle eau de consommation : l'Odeep, une eau fabriquée à partir de l'eau de mer.

Si de nombreux plaisanciers savent qu'il est possible d'avoir de l'eau douce sur leur bateau par l'utilisation d'un dessalinisateur, il ne faut pas oublier que l'eau produite ne contient plus de minéraux. Il n'est donc pas conseillé de la boire, sauf en cas de nécessité absolue, ce n'est pas bon pour la santé.

OFW, société française, a mis au point un processus de fabrication innovant qui permet de conserver les 78 minéraux contenus dans l'eau de mer, là est le secret, l'innovation technologique. De plus, contrairement à un déssalinisateur, l'eau est prélevée à une profondeur de 300 mètres au dessus des grandes profondeurs, ce qui garantit une eau de très grande qualité.

Rien à voir avec ce qui existe et on peut se demander pourquoi personne n'y avait pensé avant, le processus du traitement de l'eau de mer s'étant arrêté au simple dessalement.

Et pourtant, à partir de 1895, René Quinton a élaboré une théorie selon laquelle sous certaines conditions de température, de composition et de concentration en composés chimiques du milieu dans lequel évoluent les cellules vivantes, elles seraient optimales pour leur développement.

Selon Quinton, les conditions idéales seraient celles du milieu marin aux origines de la vie et il publiera ainsi L’Eau de mer, milieu organique (1905) exposant ses travaux sur le sujet.

Revenons à cette première campagne qui avait donc pour objectif de mettre en route la production industrielle en atteignant une cadence de production de 25 000 bouteilles à l'heure soit 7 bouteilles à la seconde, un défilement de bouteilles très impressionnant pour l'observateur.

Cette cadence a été atteinte après plusieurs jours passés à résoudre les soucis techniques inhérents à la mise en route de l'usine sur le bateau.

Il y avait aussi des interrogations concernant le comportement du navire en fonction de la météo avec en pendant sur l'arrière, le tuyau de pompage d'une longueur supérieure à 400 mètres pour pouvoir prélever l'eau de mer à 300 mètres (cahier des charges imposé pour la qualité de l'eau de mer), elles ont été levées. Selon le Commandant, le navire s'est très bien comporté et demeure manoeuvrant à moins de 3 nds avec un seul moteur en marche.

PHR04180120.jpg
Feux capacité de manoeuvre restreinte

Une petite anecdote, le navire affichant, de manière réglementaire, sa situation à la dérive, le CROSS demandait chaque jour si le navire avait besoin d'aide !
En effet, n'étant pas un navire de pêche, il ne peut se signaler comme tel bien qu'il soit dans une configuration très proche des chalutiers.
La réglementation ne prévoit pas la catégorie de navire usine prélevant l'eau de mer, situation amusante qui devra évoluée au niveau internationnal.

Odeep One reprendra la mer en début de semaine prochaine, l'équipage attend la livraison de pièces visant à l'amélioration des systèmes en fonction du retour d'expérience de cette première campagne.

C'est donc très bien parti pour cette jeune startup...

PHR01180120.jpg


redactionredaction Publié le : Samedi 18 janvier 2020