Inforigolo
Quelle différence entre un bateau mal skippé et un danseur de claquettes? Il n'y en a pas, les 2 talonnent.
Infosondage
Etalement des paiements place de port sans frais vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 823
  • Commentaire(s) : 3
Nos vidéos

Publiée le 18-01-2020

Etre informé

Recevez par mail les nouveautés du site.

Géolocalisation des navires
Faire un Don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.
Les bateaux du Cap
Vus en croisière
Petites annonces

2 annonce(s) publiée(s)

Consulter

Photothèque
Photos du passé
Réseaux sociaux

Infocapagde : Le port du Cap d'Agde innove


phr1578588646.jpg

En présence du maire d’Agde et de nos partenaires techniques,  la ville d’Agde procèdera le 15 janvier 2020 à 09 h 00

  •  à l’immersion des 2 récifs imprimés en partie en 3D et en béton bas carbone
  • à la présentation du système « roselières » qui sera installé sur les bords de quai du port

OBJECTIFS DE L’OPERATION

  • Optimiser la biodiversité marine dans le port du Cap d’Agde géré par la Sodeal
  • Favoriser une gestion durable avec des étoiles de mouillages pour les bateaux

Installation de 2 récifs artificiels à l’avant-port du Cap d’Agde sous 2 étoiles de mouillages pour l’accostage possible de 16 bateaux, qui vont permettre de jouer un rôle :

  • de corps-mort solide pour maintenir l’étoile de mouillage en place en surface
  • de nouvel habitat pour la biodiversité marine des petits fonds marins du port (nurseries…)
  • de régulation du mouillage des bateaux à l’avant-port et d’optimisation d’utilisation des étoiles de mouillage hors saison

Les deux récifs sont en grande partie fabriqués par imprimante 3D.

Le béton utilisé est composé d’un ciment spécial dit bas carbone qui permet de réduire l’impact carbone de 60 %.  Il est aussi plus résistant aux attaques chimiques du milieu marin et plus bioréceptif à la colonisation par la biodiversité.
Chaque module a un poids d’environ 2,2 tonnes.

Installation de roselières sur les bords de quai sous forme de ceintures et d’oursins

Ce sont des dispositifs écoconçus relevant du biomimétisme permettant de renforcer l’attractivité de certains ouvrages intra-portuaires pour certaines espèces, en particulier pour le rôle de nurseries de poissons. La fonctionnalité de type herbiers ou macro-algues est recherchée.

Ainsi plusieurs centaines de mètres de bord de quai du port du Cap d’Agde seront équipés en ceintures de roselières de deux types :

  • lanières en polypropylène
  • Lanières  expérimentales en matériaux biosourcés dits PLA (bioplastique d’origine végétale type amidon de maïs), non toxiques pour l’environnement marin.

Des « oursins » d’environ 50 cm viendront  compléter le dispositif dans certains secteurs du port

Renaud Dupuy de la Grandrive
Directeur du milieu marin de la ville d’Agde


Avec Récif’lab, place à l’écoconception et à l’ingénierie écologique !
La ville d’Agde, lauréate nationale d’un PIA (Programme d’Investissement d’Avenir) pour la reconquête de la biodiversité avec son projet Récif’lab. Cette immersion 3D est l’une des quatre opérations prévues dans Récif’lab dont deux sont déjà réalisées – balisage de la bande des 300 équipé de 32 récifs artificiels imprimé en 3 D béton et réalisation d’un ponton écologique pour le port du Cap d’Agde. Elle pilote cette opération en partenariat avec la société montpelliéraine Seaboost pour la conception / réalisation via un marché Recherche et Développement, avec la société XtreeE basée à Rungis et spécialisée dans l’impression 3D et le groupe Vicat pour le matériau béton.

Une nouvelle dimension pour la 3D en mer
L’innovation tient aussi dans le type de construction qui relève de l’impression 3D, en utilisant un béton spécial comme matériau. Le poids total de chaque module est d’environ 2,2 t.
Pour la fonction renforcement de la biodiversité marine, l’impression en 3D sous forme complexe de « feuilleté », avec des cavités de différentes formes et tailles, a permis de trouver le design le plus approprié au développement et à l’optimisation de la faune et de la flore marine méditerranéenne côtière, notamment pour les nurseries qui sont présentes dans la ports.

Une plus-value pour la gestion de l’environnement maritime des ports
Le projet permet d’optimiser la gestion des mouillages des bateaux dans le port du Cap d’Agde.
Le développement de cet outil de lestage à d’autres collectivités et organismes gérant des ports du littoral est également visé.  CDC Biodiversité, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations, est en soutien pour identifier des modèles économiques innovants pour étendre ce démonstrateur à une autre échelle.

Un suivi scientifique rigoureux
C’est un projet dont le suivi scientifique sera assuré par l’équipe de plongeurs professionnels biologistes marins de la direction du milieu marin de la ville d’Agde et ceux de l’Université de Perpignan Via Domitia et le CNRS via le CEFREM (Centre de Formation et de Recherche sur les Environnements Méditerranéens).

Un partenariat financier multiple
Intégré au projet Récif’lab (1,2 M€ HT), ce projet spécifique au port d’un montant de 111 000 € HT est financé à 60 % par l’ADEME (Ministère de la Transition écologique et solidaire), 10% Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, 10% Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse et 20 % par la ville d’Agde.

L’Aire marine protégée de la côte agathoise est un site Natura 2000 marin « Posidonies du Cap d’Agde » de 6152 ha géré par la commune d’Agde via sa direction du milieu marin. Elle comprend des milieux naturels marins d’un grand intérêt patrimonial tels que les herbiers de posidonies et les récifs de coralligène ainsi que de nombreuses espèces de faune et de flore, des algues aux dauphins en passant par les tortues marines et les grandes nacres. Le site fait l’objet d’une gestion durable active et de proximité avec les usagers, pour la protection et la restauration de la biodiversité marine associés à un développement durable. Des actions concrètes et opérationnelles sont engagées telles que mouillages écologiques, récifs artificiels écologiques, création d’une réserve marine, sentier sous-marin, éducation et sensibilisation de tous publics.

Seaboost est une start-up montpelliéraine qui conçoit, met au point et déploie des solutions innovantes pour la reconquête de la biodiversité marine. Grâce à une palette complète de compétences en écologie, en ingénierie et en travaux, Seaboost propose un service clé-en-main unique pour concilier activités humaines et préservation des écosystèmes marins. Les applications de ce savoir-faire sont multiples : restauration d’habitats naturels dégradés, amélioration des fonctionnalités écologiques des ouvrages maritimes par écoconception, maîtrise d’impacts de travaux et d’activités en mer, adaptation au changement climatique, développement de la pêche et de la plongée, … Fondées sur les principes du bio mimétisme, de la performance et du sur-mesure, nos solutions sont pensées dans un souci constant d’optimisation économique. Notre objectif : rendre possible leur déploiement à une échelle cohérente avec celle des impacts qu’elles visent à inverser. Depuis plusieurs années maintenant, la Ville d’Agde et Seaboost travaillent à la mise au point de corps-morts / récifs artificiels, pour le balisage ou le mouillage de bateaux et de pontons.

XtreeE est une société de technologie développant des systèmes d’impression 3D connectés grande dimension pour la construction et de nouvelles solutions constructives en partenariat avec la maîtrise d’ouvrage, les architectes, les bureaux d’études, les constructeurs et les fabricants de matériaux.

Groupe industriel international, Vicat est une entreprise familiale française créée il y a près de 165 ans dans la lignée de Louis Vicat, inventeur du ciment artificiel en 1817. Tourné vers l’avenir, Vicat développe une offre performante de matériaux, produits et services adaptée à l’évolution des métiers de la construction.


redactionredaction Publié le : Jeudi 09 janvier 2020